Un très gros changement de carrière

Il y a deux ans, j’ai pris une des plus grosses décisions de ma vie. J’ai démissionné de mon emploi, pour retourner aux études à temps plein. Et quel défi ce fut ! Je devais faire un changement de carrière pour suivre ma passion d’aider les gens dans le domaine médical. Le temps travaillé dans cette résidence m’a permis de découvrir que je voulais être infirmier. Évidemment, ce n’est pas le métier que je faisais à la résidence, mais j’ai vu leur travail et ça m’a touché profondément. J’ai senti que c’était comme une vocation que je devais absolument suivre. Ça faisait longtemps que j’y pensais, mais ce n’était pas une décision simple à prendre pour moi. Peut-être qu'un jour, je retournerai travailler à la clinique du traitement peau des pieds Terrebonne, mais pour le moment, je célèbre la fin de mes études qui furent plutôt laborieuses. Ce domaine n’est pas facile, mes études ont été très exigeantes, mais ça valait entièrement la peine.

Maintenant que le plus difficile est terminé, je suis dans la période de mon dernier stage. Je travaille encore avec les personnes âgées. J’adore ça, je sens vraiment que je leur rends service et que j’améliore leurs vies. Certaines personnes âgées ne reçoivent aucune visite durant l’année. Il y en a beaucoup qui ne voient personne de leur famille, même à Noël ! Ça me touche beaucoup, c’est pour ça que j’aimerais continuer dans cette voie. En plus, les besoins dans ce créneau sont immenses. Il manque de main d’œuvre qualifié partout dans les CHLD et résidences. La plupart de mes collègues d’études en infirmerie, veulent travailler avec les nouveau-nés ou les enfants. C’est vrai qu’ils sont mignons, mais ils sont entourés d’amour et de soutien. Tandis que les personnes âgées, sont malheureusement, les oubliées de notre société. Nous devons leur redonner le respect et l’attention qu’ils méritent. Certaines cultures dans d’autres pays ont une vision totalement opposée à nous sur ce sujet. Les personnes âgées y sont vénérées et très respectées. Leurs familles les soutiennent jusqu’à la mort, la plupart sont même hébergées par leurs enfants ! Nous voyons ça très rarement au Québec, nous aurions peut-être intérêt à apprendre d’eux et suivre leur exemple. 

Bref, je trouve dommage que certain milieu du système de santé soit plus négligé que d’autre. Je veux sincèrement contribuer à rééquilibrer le tout en m’investissant dans ce domaine.